samedi 14 mai 2011

Famille recomposée décomposée

Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé. Je ne sais pas où se sont immiscées toutes les failles. Mais notre couple s'est éteint. Notre famille recomposée se décompose, après presqu'une année de cohabitation.


Bien sûr, j'ai ma petite idée. Ma perception de la chose. Mais si je questionne "M. amoureux", il aura également sa propre perception.


Pourtant, nous y avons cru au départ. Nous avons amplement lu sur la famille recomposée. J'en ai parlé sur ce blogue. La volonté, elle était là. Au niveau conscient du moins. Mais il ne sert à rien de chercher les nombreux facteurs, ni de sortir nos frustrations au grand jour. Nous avons pris une décision, nous assumons. Une combinaison de facteurs n’ayant pas nécessairement lieu au bon moment a eu raison de la solidité des liens. Je l’ai aimé sincèrement et nous nous contenterons de garder en mémoire les bons souvenirs.


Les enfants de nos deux familles semblaient finalement contents de la séparation. Les deux enfants du milieu avaient des conflits ensemble à l’école. Comme quoi la tension, même si elle est non verbalisée, est ressentie par tous les membres de la famille.


Cette nouvelle précipitée m'a amené à ré-emballer mes boîtes à peine déballées et à m’installer la semaine passée dans la maison du papa des enfants et du coloc-qui-travaille-à-l’extérieur de celui-ci.


Oui, le papa. Celui que j'ai laissé il y a 3 ans, le même qui nous a mené la vie difficile l'année suivant la séparation, le même qui travaillait à l'extérieur 80% du temps, le même qui avait une réputation d'immature dans ma tête. J'ai changé ma perception de la vie, de la famille, du bonheur, il semble l’avoir changé également. Il est le père de mes enfants, il leur manquait beaucoup, et pour ces raisons et plusieurs autres, j'ai décidé de faire confiance à la vie. Je crois en la capacité des gens d'évoluer, de s'améliorer, de redéfinir leurs besoins et valeurs. J'en suis la preuve vivante, et le papa semble avoir fait de même. Jamais je n’aurais imaginé revivre un certain temps en sa présence, mais il ne faut jamais dire jamais faut croire...En ces temps de changement, l'arrangement parents-colocs est très rassurant pour moi ainsi que pour les enfants. Une petite pause, question de reprendre mon souffle et de réfléchir à mon futur chez-moi. On verra bien au cours de prochains mois si être colocataire avec son ex relève de l’utopie. Pour l’instant, un vent de fraîcheur et de rires est présent dans la maison.

Tant qu’à parler de changement…
Mon arrêt de travail ainsi que ma dépression pourraient être qualifiés de négatifs au départ. Évidemment, dans le creux de la vague, c’est difficile. Mais maintenant que je vais mieux, je peux aisément qualifier cette expérience de positive. Évidemment je ne le souhaite à personne, mais je vous souhaite s’il y a lieu, de ressentir les signes d’un « mal-être » personnel, professionnel, familial, social… et de savoir vous questionner à temps, avant que les dommages ne soient présents. J’ai utilisé ce temps pour réfléchir à ce que je veux vraiment dans la vie. Ce qui m’a mené à une séparation, un déménagement, un non-retour à mon poste de gestion, à la « mise au rancart » de ma carrière de microbiologiste et à un retour à l’université en psychoéducation. Je sais maintenant que je suis à ma place. J’ai eu la chance d’être très entourée lors de mon arrêt de travail. Je dirais en fait que je suis allée chercher toute l’aide disponible, afin d’être certaine de faire les bons choix. Ma psy, le carrefour jeunesse-emploi, mon orienteur, du tutorat en psychoéducation, du bénévolat, la tournée des organismes communautaires (où j’ai rencontré des gens passionnés), mon médecin et la firme affiliée à mes assurances travail, qui m’a envoyé deux personnes merveilleuses, une psy et un conseiller en emploi. Des gens ouverts, intègres, qui ont compris ma situation et qui m’ont encouragé à continuer dans cette voie. Malgré le fait qu’ils sont affiliés à mes assurances travail, et donc à mon « ancien » employeur. J’ai misé sur l’honnêteté en les rencontrant et ce fut une excellente idée.


Bref, en combinaison avec les études en psychoéducation, j’ai décidé de mettre à profit mes expériences personnelles, mes études et mon expérience en coaching afin d’aider les gens à trouver leur véritable voie et à les aider à trouver les moyens pour y parvenir. Parce que lorsqu’on est dans le tourbillon de la vie, on ne voit pas nécessairement les possibilités qui s’offrent à nous. Malgré mon expérience en coaching, jamais je n’aurais cru possible (dans ma propre réalité, cordonnier mal chaussé dit-on ;), il y a 9 mois, de pouvoir effectuer un changement de carrière, combiné à une séparation par le fait même, sans y laisser ma « peau ». Jamais je n’aurais cru possible pouvoir effectuer ces changements avec 2 enfants à ma charge financière sans garder mon poste de gestion. Et finalement, jamais je n’aurais cru que les concessions effectuées (ex. financières, temps) seraient devenues toutes, sauf des concessions! Seulement un réajustement de mes véritables besoins et de ma perception de certains aspects de ma vie.


Voilà ce qui enrichira ma vie (et celle des autres!) pour les prochains mois et les prochaines années. C’est un véritable bonheur que de sentir que l’on a réellement trouvé notre place, que l’on a réussi à être en accord avec nos propres valeurs et notre vrai « moi » intérieur.

3 commentaires:

  1. Bonne chance dans cette nouvelle vie de famille...

    Pour moi aussi la dépression fut finalement positive...3 ans plus tard, je vois enfin un futur à ma vie...

    xxx

    RépondreSupprimer
  2. Quel cheminement! Je te souhaite bonne chance pour le futur.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Bonjour !!

    Alors ou en es tu de ta formation de coaching ? c'est plutot du LIve Coaching que tu veux faire ? auprès de quel organisme ?
    as tu cree ta propre entité ?
    donne nous des news !
    Bizzzz

    RépondreSupprimer