jeudi 7 janvier 2010

Maman et fiston sur le divan











Ce soir, petit fiston et moi sommes allés s'asseoir sur le divan confortable d'un psychologue.

Monsieur Chose, comme on l'appelle entre nous. Comme si aller voir un psy avait encore quelque chose de tabou. Surtout avec des enfants. "Mais quel genre de parents" "Je les croyais équilibrés" "Encore une de ces mères anxieuses qui amène son enfant chez le psy à la moindre difficulté. Nous, dans notre temps..."

Mais voilà. Pourquoi donc?

Petit garçon a toujours eu un développement normal, une énergie normale, une intelligence normale et des amis normaux.

CPE: petit garçon est nommé enfant le plus populaire du groupe. Maternelle: petit garçon a une excellente motricité fine et une créativité impressionnante. Il passe son diplôme haut la main.

Première année: ... BANG. Première année: "votre fils est en grosses difficultés". Le verdict est tombé. Mon fils a un retard dans l'apprentissage de la lecture. Nous sommes pourtant seulement en octobre.

"Non, pas MON fils. Impossible, nous avons une librairie à la maison. On fait plein d'activités pédagogiques..."

"Non, non. Pas mon fils à MOI. Voyons. Je l'ai stimulé dans sa petite enfance. Vous savez, là, plus on stimule un enfant, plus on crée/conserve des connections neuronales...Je croyais lui avoir construit une autoroute..."

"Non, non et non. Il mange bien, dors bien, bricole bien, construit des ponts dignes d'un ingénieur, est un vrai petit agenda et est très intelligent."

Bon. Après une couple de bouteilles de vin, un amoureux ouvert et compréhensif, de très bons amis, une bonne famille et quelques dizaines d'introspections, la pilule a fini par passer.

Fut ensuite le stade du questionnement. "Ais-je été assez présente? Qu'est-ce que j'ai fait, ou plutôt qu'est-ce que je n'ai pas fait?"

Passé la phase questionnement, arriva la phase action. Bon, on a un problème, qu'est-ce qu'on fait avec?

Rencontre avec le professeur
Rencontre avec l'orthopédadogue
Rencontre avec l'orthophoniste
Rencontre avec l'optométriste
Aide aux devoirs
Super dodos. Exercices. Calme. Plein de livres d'exercices, jeux Mont-à-mots et des
omega-3 pourquoi pas...

On va le régler le problème, on va le régler...t'inquiètes fiston, ta confiance en toi va revenir...

Diagnostic? Aucun diagnostic. Il ne souffre pas de dysphasie, de dyslexie et d'aucun - ie de diss- quelque chose.

Mais dites-moi docteur, il a quoi?? Je rêve ou il "est en grosses difficultés" et a été étiqueté dès le début de sa première année?

Mon instinct de maman me ramène directement à la pyramide de Maslow. Ce gentil monsieur affirme que les besoins primaires comme sécurité, boire, manger et dormir ainsi que les besoins affectifs doivent être comblés pour que l'être humain puisse avoir l'énergie disponible afin de se placer en mode apprentissage.

Sécurité: je barre mes portes :)
Boire: des tonnes de yogourt à boire
Manger: la facture d'épicerie ne ment pas
Dormir: enfin il dort

mmm...affectif alors?

Tiens donc. On s'est séparé le papa et moi. "Mais c'était il y a un an et demi!" "Ah oui, mais le papa ne l'avait pas digéré et la séparation idéale s'est soldée en un échec monstrueux et cauchemar bien réel. Qui aurait cru. Et maman qui avait idéalisé la séparation, car pour les enfants, des parents heureux, c'est important. Un bon choix. Et maman, avec ses études en psychologie et en coaching...réussirait ELLE sa séparation... Mais bon. C'était la meilleure décision à prendre. Mais il faut accepter qu'il y ait une part qu'on ne peut contrôler. Comme la peine du papa. Et le fait que papa ait décidé d'élire domicile...en Abitibi! Le fin fond de la planète selon ses fils. Mais bon, on en reparlera"

Quoi qu'il en soit, petit garçon semblait quand même bien intégré à ces changements. Mais allons fouiller un peu plus creux. Juste au cas.

Et nous voilà chez monsieur Chose à lui raconter l'histoire d'un petit garçon très attachant et très intelligent.

Ce monsieur Chose tend à penser que petit garçon, être très sensible, a un blocage émotif. Malgré toutes mes précautions pour limiter les dégâts. Une grosse peine enfouie. Tellement loin qu'on ne l'a pas vu. Et cette peine se répercute directement sur sa vie. Et bloque son autoroute d'apprentissages.

Ce soir, mon fils est heureux. Il a parlé de tout et de rien avec un monsieur gentil. Il a invité son frère. Et il a le droit de dire n'importe quoi. Car les mots dits restent dans les murs du bureau de monsieur Chose. Et surtout, monsieur Chose lui a assuré que son problème de lecture serait résolu.

Et la maman, elle, remercie monsieur Maslow. Et monsieur Chose.

Leçon de vie: fie-toi à ton instinct maman. Et accepte ce que tu ne peux changer.

1 commentaire:

  1. Que de plaisirs j'ai eu à lire votre brin de vie!
    Très belle écriture, agréable à lire et quelle belle fourchette de vérité (je tends à inventer des expressions, pardonner mon originalité!)

    J'attends avec impatience une nouvelle vague d'inspiration délicieuse!

    RépondreSupprimer